Clotures Grillages
Lombricomposteur
Publié le 20-09-2019

Quels sont les avantages d’un lombricomposteur ?

Vous êtes en appartement mais vous souhaitez composter vos déchets pour en faire de l’engrais ? Ou alors vous vivez en maison mais vous avez peu de place dans votre jardin ? Optez pour le lombricompostage !
Aujourd’hui, 30% de nos poubelles sont des déchets organiques (épluchures, marc de café, fleures, etc…) et valorisables ! Le lombricompostage au même titre que le compostage, va permettre de composter ces déchets et réduire de façon conséquente le poids de nos poubelles d’ordure ménagère et ainsi produire un parfait fertilisant naturel.

Lombricompos-quoi ?

Aussi appelé « vermicompostage », c’est une pratique écologique et naturel de bio-oxydation qui permet de transformer et de stabiliser la matière organique (certains de nos déchets) en matière utile pour nourrir les plantes grâce à l’action des vers.  On  obtient alors un produit stable et mature, de couleur noire et d’aspect grumeleux, avec une bonne odeur de sous-bois et de terre fraîche.

Comment fonctionne-t-il ?

De façon générale, c’est une boite en plastique compartimentée en plusieurs étages. Le fonctionnement du Lombricomposteur est sans conteste le plus simple d’utilisation. Plusieurs plateaux sont placés les uns sur les autres et permettent une rotation des bacs aisée laissant ainsi le lombricompost en cours de maturation en bas et la dépose des déchets en haut. Le module du bas (souvent en forme conique) étant toujours celui de récupération de l’engrais liquide, appelé aussi “thé de vers“. Ce liquide, le fruit du travail des vers, se prélève facilement à l’aide du robinet présent sur la partie basse du récupérateur. Il suffit de le diluer avec un peu d’eau et de le répartir sur vos végétaux.
Le nombre de plateaux est proportionnel à la taille de la famille : plus il y aura de déchets, plus il faudra de plateaux. L’avantage de ce système est qu’il est vraiment modulable.

Schéma lombricomposteur

Ou le placer ?

La question que se pose tout lombriculteur : ou mettre son lombricomposteur pour que les vers soient efficaces et en pleine forme ?

Que ce soit en appartement ou en maison, l’emplacement n’est absolument pas à négliger. En effet, plusieurs facteurs rentrent en compte dans ce calcul :

  • Le côté pratique : Il faut que son emplacement soit facile d’accès pour pouvoir y déposer ses déchets facilement. Qui a envie de traverser son jardin/appartement pour vider son assiette ?
  • Les vibrations : Les lombrics n’aiment pas ça. S’il y en a trop souvent, ils auront tendance à vouloir sortir. Attention donc si vous le déplacez.
  • La lumière : Les vers détestent la lumière. Cependant, les lombricomposteurs sont généralement vendus dans le commerce disposent d’une bonne épaisseur au niveau des plateaux pour empêcher la pénétration de lumière. C’est un élément à ne pas négliger si vous en faites un maison façon DIY.
  • La température : Nos petits ouvriers présents dans notre lombricompost ne supportent pas toutes les températures ! Des températures trop froides les ralentissent alors que des températures trop élevées peuvent les anéantir… La plage de température idéale se trouve entre 15°C et 25°C.

Vous l’aurez donc compris, le résultat de votre lombricomposteur dépendra en grande partie de son emplacement. Il peut tout à fait être placé à l’extérieur, mais il faut tout de même l’abriter du soleil et du gel.

Comment on le prépare ?

Avant même de démarrer le vermicompost, il faut s’attacher les services des lombrics. Il en existe plusieurs espèces dans la nature, mais seules quelques-unes peuvent être placées dans un lombricomposteur. Ceux qui nous intéressent, sont des lombrics de surface (vivants à moins de 10cm de profondeur). Voilà les 3 espèces concernées :

  • Eisenia Andreï : c’est le « ver de fumier ». Rouge tigré de gris ou de jaune, ils préfèrent les matières en décomposition.
  • Eisenia Foetida : c’est le « ver de Californie ». Il n’a rien d’Américain, de couleur très rouge, ils préfèrent les matières fraîches.
  • Eisenia hortensis : plus gros et bien connu des pécheurs ils sont plus efficaces sur les matières dures.

Pour maximiser la production de votre lombricomposteur, l’idéal est de mélanger ces trois espèces.

Fonctionnement lombricomposteur

Une fois vos vers en possession, vous allez pouvoir commencer à remplir vos bacs. Il faut incorporer en même temps que vos vers quelques déchets qui commenceront par être décomposés par les bactéries avant de pouvoir être ingérés par les lombrics.
Au bout d’une semaine, vous pourrez mettre d’autres déchets coupés finement en petite quantité uniquement. En effet, si vous en mettez trop par rapport au nombre de vers présents, la décomposition pourrait alors fermenter et ferait fuir les vers et l’odeur serait nauséabonde.

Au fil du temps, les vers se reproduiront et vous pourrez alors augmenter la quantité de déchets. La vitesse de croisière sera trouvée au bout de quelques mois. Il faut environ entre 3 et 4 mois avant que la population de vers accepte la totalité de vos déchets.

Les vers mangent en moyenne la moitié de leur poids chaque jour mais ils ne mangent pas les déchets fraîchement ajoutés qui doivent préalablement être pré-décomposés par les bactéries et micro-organismes contenus dans le milieu.

Que mettre dans son lombricomposteur ?

Comme expliqué un peu plus haut, ce procédé peut permettre de réduire de 30% nos déchets. Autant dire que nous pouvons donner un paquet de choses à nos vers ! Les aliments classiques sont les suivants :

  • Epluchures
  • Salade
  • Légumes et fruits
  • Sachet de thé
  • Marc de café et filtres
  • Farine, pain et féculents mais en petite quantité

En plus de cela, donner du carton (non glacé et le moins imprimé possible) et des coquilles d’œuf augmente la productivité de votre lombricompost. En effet, la plupart des déchets verts sont riches en azote. De ce fait il faut contrebalancer avec un apport carboné qui sera apporté avec ces éléments. De plus, ils procurent une bonne aération du substrat.

Vous l’aurez compris, les vers peuvent transformer en engrais la plupart de vos déchets à conditions de les donner en petits morceaux ! Il y a cependant certains déchets qu’il faut absolument éviter de donner aux vers. Parmi ceux-là, les aliments réputés vermifuges comme l’ail, les oignons et ou les échalotes. Ce serait une véritable hécatombe pour les lombrics. Le plastique, les produits laitiers, la viande, les pommes de terre (et leurs épluchures), les poissons et les éléments gras sont à prescrire.

Quelle est la différence avec le compostage classique ?

            Toute l’année

Le compostage dit « basique » ne peut être pratiqué toute l’année : Si l’hiver est trop rigoureux, il se peut que les températures empêchent les micro-organismes et les vers de travailler. Le système se ralentit donc et les déchets ne sont plus décomposés contrairement au lombricomposteur qui ne connait pas les saisons.

            Aucune odeur

Le lombricompostage peut parfaitement être placé à l’intérieur de la maison et quoi que l’on en dise, il ne dégage pas d’odeur. En effet, ce sont les vers qui grâce aux enzymes présents dans leur intestin suppriment l’odeur de décomposition. Leurs déplacements incessants permettent une bonne oxygénation qui aère parfaitement le compost et évite le développement de nouvelles bactéries. Ce sont elles qui sentent mauvais.

             Utilisation rapide

Les vers sont les meilleurs amis des jardiniers et des plantes ! En effet, le lombricompost est un amendement directement utilisable et assimilable par les végétaux contrairement au compostage, qui lui est obtenu par fermentation et qui peut du coup mettre plusieurs mois à se stabiliser. De plus, la décomposition des déchets dans un lombricompost est bien plus rapide qu’avec un compost basique car les vers ne dorment jamais ! Ils travaillent 24h/24 et mangent pratiquement leur poids par jour.

            Plus pratique

Grâce à son système ingénieux, le lombricompost est d’une simplicité grandement appréciée. Le robinet placé en bas du vermicompostage permet une collecte vraiment facile. Quant au compost, sa récolte est bien plus complexe, même si aujourd’hui il existe des modèles dotée d’une trappe de récupération.

            Moins d’entretien

Comme vous l’aurez compris, cette méthode nécessite très peu l’intervention humaine une fois la machine lancée. Contrairement à lui, le compostage traditionnel a besoin d’être remué, brassé ou encore arrosé pour faciliter et permettre à l’oxygène de circuler.

Pour résumer, un lombricomposteur convient parfaitement à une vie en maison comme en appartement. Une fois que les lombrics se sont reproduit de façon conséquente, l’entretien est énormément réduit et le résultat est impressionnant : Vous pouvez réduire vos poubelles d’environ 30% et cette méthode produit environ 10L d’engrais par personne par an. Celui-ci protège les végétaux des maladies, il accroît leur rendement et augmente leur teneur en protéines comparativement aux autres engrais commerciaux.

.