Clotures Grillages
Autoconsommation
Publié le 15-11-2019

Tout savoir sur l’autoconsommation

Votre facture d’électricité pèse de plus en plus sur votre budget ? Comment réduire votre facture ? En plus de ces questions, les soucis de l’environnement et de nos modes de consommation nous amènent  à envisager une nouvelle solution pour consommer l’électricité.
En quelques années, la façon de produire de l’électricité a évolué dans le bon sens. Aujourd’hui, l’autoconsommation intéresse de plus en plus de particuliers.

Qu’est-ce que l’autoconsommation ?

Autoconsommation

Cela consiste à consommer l’énergie, dans ce cas-là, que l’on a produite nous-même. Le but étant de diminuer sa dépendance à un fournisseur d’électricité mais aussi de réduire sa facture (jusqu’à 45% d’économie).

Cette énergie peut provenir de diverses origines comme le soleil, le vent, la chaleur, etc… Cependant, c’est dans le domaine du solaire (photovoltaïque) que les progrès se développent le plus rapidement et de ce fait, intéressent de plus en plus de monde : équiper sa maison de panneaux photovoltaïques permet de produire de l’énergie solaire. Cette électricité verte est transformée en courant alternatif alimente les appareils électriques de sa maison (chargeur de téléphone, chauffage, frigidaire, etc…).

Un projet a mûrement réfléchir

Produire sa propre électricité présente de nombreux avantages : outre l’utilisation d’une énergie verte, vous réduisez votre facture et votre dépendance à un fournisseur. Mais encore faut-il concevoir judicieusement son projet pour dimensionner au mieux sa future installation. L’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) estime ainsi qu’une installation photovoltaïque de 25 m2 permet de produire environ 2.500 kWh par an, soit l’équivalent de la consommation électrique (hors chauffage, cuisine et eau chaude) d’une famille de quatre personnes.

Il faut bien étudier en détail sa facture afin de déterminer avec exactitude vos besoins mais aussi de déterminer le potentiel productif de votre habitation. Un grand nombre de paramètres rentrent en compte :

  • Votre situation géographique (Région et pays) pour déterminer le taux d’ensoleillement naturel
  • L’orientation de votre toit
  • Ombre portée par des bâtiments voisins ou non

Il ne faut pas oublier non plus que moins votre logement est énergivore, plus le rendement sera optimal. De ce fait, cela peut impliquer des travaux en amont au niveau de l’isolation par exemple.

De même, Il faut garder en tête que, dans le cas d’un logement privé notamment, il est rare que les périodes de production d’électricité coïncident parfaitement avec les périodes de consommation. Ainsi, il se peut qu’entre 12 et 16 heures, au moment où le soleil est au plus haut (et la production solaire la plus élevée), la maison soit vide. C’est pourquoi la part d’autoconsommation estimée se situe aux environs de 40% pour un logement équipé, sans système de stockage. Le reste de l’énergie dont vous aurez besoin sera fourni par votre fournisseur d’électricité.

Enfin, Entre 2005 et 2016, le prix du kilowatt heure d’électricité a augmenté de plus d’un tiers.

Comment se passe la revente du surplus ?

Revente électricité EDF OA

EDF OA, pour Obligation d’Achat, est l’entité d’EDF mandatée par l’État pour racheter l’électricité aux producteurs particuliers et professionnels depuis la loi du 10 février 2000.

Comme expliqué plus haut, le plus haut taux de production d’électricité  est entre 12h et 16h. Cependant, vous n’êtes pas forcément chez vous pour utiliser la totalité de cette énergie. Vous produisez donc plus que vous ne consommez. Cette électricité non utilisée est appelée surplus de production. C’est là qu’intervient EDF OA. Ils rachètent votre électricité à un taux défini et fixé lors de la signature du contrat, qui est proportionnel à la puissance de votre installation :

Puissance de l’installation (kWc)


⩽3


⩽9


⩽36


⩽100

Rémunération (cts/kWh)


0,10


0,10


0,06


0,06

Une fois votre contrat signé avec EDF, la rémunération est fixe pendant 20 ans.
Une fois cette électricité revendue, elle est injectée dans le réseau et alimente les habitations voisines. Cela fait donc de vous un producteur local et permet d’alimenter le quartier en électricité verte.

Si vous ne souhaitais pas revendre votre surplus à EDF ou si vous êtes dans une zone isolée et donc non rattaché au réseau, on parlera alors d’autoconsommation totale. La seule différence, mais pas de moindres, se trouvera dans le contrat signé avec EDF. En effet, dans ce cas-là, vous vous engagez à ne rien injecter sur le réseau, et si quelques kWh se fraient un chemin tout de même, ce sera sans contrepartie financière. De plus, vous le pourrais alors bénéficier de l’aide de l’Etat à l’autoconsommation.

Quelles aides existent-ils ?

Pour encourager les projets d’installations solaires, l’État propose une série d’aides et de subventions pour installer des panneaux solaires que nous allons détailler ici.

Prime à l’autoconsommation

Cette aide financière est en place depuis 2017. Elle concerne les personnes qui désirent une installation pour auto-consommer et revendre leur surplus. Elle est indexée sur la puissance de l’installation et versée sur 5 ans. Celle-ci est ici calculée en kWc et non en kWh.

kWh (kilowattheure) : la quantité d’électricité produite par les panneaux solaires.

KWc (kilowatt crête) : La puissance de votre installation photovoltaïque. Et ce généré dans les conditions standard de test.  Ceci correspond plus ou moins à la puissance produite par les panneaux lors des meilleures journées de l’année.

Pour pouvoir bénéficier de cette aide, il faut absolument respecter 3 critères :

  • Il faut opter pour l’autoconsommation avec revente du surplus. De ce fait, votre installation doit être reliée au réseau.
  • Il ne faut pas installer vos panneaux au sol.
  • Il faut que l’installation soit réalisée par un installateur certifié RGE.

Voici concrètement le résultat de cette aide :

Puissance de l’installation


⩽3


⩽9


⩽36


⩽100

Montant de l’aide par kWc


390€


290€


180€


90€

Montant total de l’aide


1170€


2610€


6480€


9000€

Crédit d’impôts pour la transition énergétique

Aussi appelé CITE, permet de déduire de vos impôts une partie des dépenses réalisées pour améliorer les performances énergétiques de votre logement (abattement de 30% des investissements dans la limite de 1200€). Ce dispositif, issu de la loi de finances initiale pour 2015 a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2020 (le dispositif devrait être transformé en prime à partir de 2020).

Cependant, les panneaux photovoltaïques ne sont pas touchés par ce crédit. Concrètement, voici ce qui est impacté :

  • Le solaire thermique.
  • Le solaire aérovoltaïque.
  • Le solaire hybride.
  • La domotique.

Si nous le mettons dans cette liste, c’est que vous pouvez tout de même en bénéficier. En effet, il faut installer un système de domotique permettant de contrôler et réguler votre chauffage. Coupler l’ensemble permet donc de bénéficier de cette aide. Il faut tout de même respecter certaines conditions :

  • Le logement doit être une résidence principale.
  • Le logement doit avoir été construit au moins 2 ans avant le début des travaux.
  • Il faut que l’installation soit réalisée par un installateur certifié RGE.

TVA à 10%

Cette aide concerne les projets de rénovation. Elle s’applique au matériel photovoltaïque : panneaux solaires photovoltaïques, onduleurs, câbles et boîtier de connexion. Elle concerne la pose et le matériel. Voici les critères à respecter pour en bénéficier :

  • Le logement doit avoir été construit au moins 2 ans avant le début des travaux.
  • L’installation en doit pas dépasser les 3kWc
  • Il faut que l’installation soit réalisée par un installateur certifié RGE.

Aides régionales

Certaines régions offrent des aides sur les panneaux photovoltaïques. Par exemple, la commune de Lille offre une aide de 1,20€/Wc plafonnée à 500€. D’autres communes/régions le font aussi, n’hésitez donc pas à vous renseigner si vous voulez franchir le cap et installer des panneaux.

Il existe aussi différentes aides (aides de l’Anah, CEE, TVA réduite allant jusqu’à 5,5%, etc…) qui ne s’appliquent pas aux panneaux photovoltaïques. Par exemple, l’éco-PTZ permet de contracter un prêt à taux 0% allant de 10000€ à 30000€ selon les cas.

Combien coûte une installation

Le prix moyen des panneaux solaires en autoconsommation est compris entre 2 000 et 2 800 € TTC par kilowatt-crête (kWc). Ce tarif comprend le matériel (panneaux, onduleur ou micro-onduleur), la main d’œuvre, les démarches administratives, le raccordement et la mise en service.

Les panneaux solaires photovoltaïques comptent pour 60 % facture, l’onduleur ou micro onduleur pour 15 %, les éléments de montage et la pose pour 25 % dans une installation de panneaux solaires reliée au réseau.

Vous pouvez aussi installer des batteries qui permettent de stocker le surplus d’électricité produit. Cela permet de consommer sa propre électricité lorsque les panneaux ne produisent plus rien (la nuit par exemple). C’est le seul moyen pour arriver à l’indépendance énergétique. Cependant ce système demande un lourd  investissement (environ 600€/kWh stocké dans une batterie au lithium), une connaissance très précise des besoins en kWh du logement et nécessite une parfaite maîtrise des cycles de charge et de décharge. Vous l’aurez compris, le stockage n’est pas encore adapté aux besoins énergétiques d’une résidence principale.

Rentabilité

Considéré comme l’un des meilleurs placements à faire aujourd’hui, l’installation de panneaux solaires à un taux de rentabilité d’environ 9% et comprise entre 10 et 14 ans en moyenne. Cela représente un ratio risque/rentabilité très élevé !
Voici un exemple concert de rentabilité d’une installation « basique » trouvée sur le site insunwetrust :

Situation


Maison a étages à Arles dans le sud de la France, toit incliné à 30° avec une orientation Sud.

Consommation


14000 kWh soit environ 2150€

Equipements


Ballon électrique
Chauffage électrique
Four et plaques électriques
Piscine non chauffée
Electroménager standard

Avec ces informations, nous pouvons déduire qu’une puissance de 6kWc est parfaitement adaptée (environ une vingtaine de panneaux solaires). Avec cette installation, vous profitez d’une aide de l’Etat d’un montant de 1740€ (290€x6).
L’installation couvre ici 47% des besoins en électricité de cette maison. Elle coûtera environ 14000€ pour la totalité : matériel, main d’œuvre, démarches, etc…

Calcul

14000 – 1740 = 12260€ soit le prix total moins les aides.
En comptant une économie de 40% sur la facture, cela fait 860€. Donc : 12260/860 = 14,26 ans pour rentabiliser l’installation. Cependant, il faut aussi prendre en compte le prix de l’électricité qui ne cesse d’augmenter (encore 7,2% en 2019) et surtout la vente du surplus d’électricité.

En prenant toutes ces informations dans notre calcul, cette installation sera rentable en 10 ou 11 années maximum. Insunwetrust précise que ce calcul est basé sur une augmentation du prix de l’électricité prudente de 3%. Une fois une installation en votre possession, plus la hausse est importante plus rapidement vous rentabiliserez.

Si le progrès technologique a permis de diminuer le prix des panneaux photovoltaïques, la facture reste tout de même salée. Cependant, grâce aux aides de l’Etat et à la revente du surplus de production, la rentabilité augmente et permet à de plus en plus de Français de se munir d’une installation et donc de pratiquer l’autoconsommation.